Cohésion sociale

La politique de la ville agit sur toutes les formes d'inégalités afin d'aboutir à une certaine justice sociale. Grâce à cette action réfléchie, elle entend réduire les inégalités et renforcer les liens sociaux entre les différents groupes composant la société, tout en promouvant leur diversité.

La cohésion sociale est une notion complexe et abstraite dont le sens peut  relativement différer selon l’époque, les représentations, et les espaces. Pour le sociologue Cyprien Avenel, elle « se réfère implicitement à l’idéal d’une société harmonieuse et pacifiée, sans aspérités et sans conflit »*. Depuis plusieurs décennies, elle est perçue comme une réponse au délitement des liens sociaux et des maux de la société contemporaine.

Dans le cadre de la politique de la ville, cette notion de cohésion sociale renvoie à la solidarité, à la mixité sociale et à l’égalité des chances promues par la France. Elle part du principe que la société ne peut être « cohésive » qu’en établissant une certaine justice sociale grâce à une action réfléchie sur les inégalités. Dès son origine, la politique de la ville aspirait à refaire la ville en renforçant les liens sociaux entre les différents groupes composant la société, tout en valorisant leurs diversités. L’objectif est d’aboutir à une intégration à la fois sociale, urbaine, et économique des quartiers au sein de l’ensemble du territoire. C’est à travers différents programmes d’actions publiques et de lutte contre la pauvreté et les exclusions que la politique de la ville concoure à l’établissement de cette  justice sociale.

 

*Cyprien Avenel, 2012, Cohésion sociale, de la notion à sa production publique, Synthèse du petit déjeuner du Pôle de ressources ville et développement social  du Val d’Oise du 11 avril 2012, 20p.

Partager