Lutte contre les discriminations

D’après le rapport 2012 de l’Onzus, un habitant de 18 à 50 ans sur quatre résidents dans les ZUS, déclare se sentir discriminé.

Avec la réforme, la lutte contre les discriminations subies par les habitants des quartiers prioritaires constitue l’un des axes prioritaires transversaux de la nouvelle politique de la ville. Elle est inscrite dans le CIV du 19 février 2013 ainsi que dans la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine. En effet, celle-ci stipule que la politique de la ville vise à « concourir à l’égalité entre les femmes et les hommes, à la politique d’intégration et la lutte contre les discriminations dont sont victimes les habitants des quartiers défavorisés, notamment celles liées au lieu de résidence et à l’origine réelle ou supposées. »

Comme stipulé dans le cadre de référence sur la lutte contre les discriminations, la prise en compte de la problématique de discrimination passe par une meilleure connaissance des phénomènes de discriminations, la formation des acteurs à la prévention et à la lutte contre les discriminations, la mise en place de d’un plan territorial de lutte contre les discriminations…

Au CDR de Mayotte, la question de la lutte contre les discriminations a jusqu’ici été traité sous l’angle de l’égalité femme-homme, notamment à travers la formation Agir au féminin. Avec les nouveaux contrats de ville, il s’agit pour le CDR et pour l’ensemble des partenaires, de porter une attention particulière sur une meilleure connaissance des formes de discrimination sur le territoire, en terme de diagnostic et d’évaluation, d’outils et de prise en compte dans les différents projets mis en œuvre.

Partager